Barrages et réservoirs

Les barrages ont des répercussions importantes sur le bilan hydrique des cours d'eau. Les barrages sont construits pour diverses raisons, incluant la production d'énergie, le contrôle des crues, l'irrigation, les réserves d'eau domestique ou la régularisation du débit fluvial pour la navigation. Certains barrages remplissent plusieurs fonctions. Dans tous les cas, l'eau est emmagasinée dans un réservoir derrière le barrage, et elle est libérée selon les besoins des utilisateurs. Toutefois, la gestion du barrage dépend de sa fonction. Par exemple, dans le cas des barrages servant à contrôler les crues, le réservoir doit être en mesure de recevoir dès avant le début de la saison des pluies toute l'eau provenant des abondantes précipitations. Les barrages servant à l'irrigation et à la production d'énergie peuvent maintenir un plus haut niveau d'eau à la fin de la saison sèche et, au besoin, libérer l'eau excédentaire au moyen de l'évacuateur de crues.

Des barrages ont été construits dans le bassin du Nil pour le contrôle des crues, le stockage de l'eau à des fins agricoles et la production d'énergie. Les principaux barrages du bassin sont énumérés dans le tableau ci-dessous.

Structure

Emplacement

Cours d'eau

Fonction

Date fin des travaux

Vieux barrage d'Assouan

Égypte

Nil principal

Stockage de l'eau pour l'irrigation estivale en été

1902

Barrage de Sennar

Soudan

Nil Bleu

Alimentation en eau du réseau d'irrigation de Gezira

1925

Jebel Aulia

Soudan

Nil Blanc

Stockage de l'eau pour l'irrigation estivale en été

1937

Barrage d'Owen Falls

Ouganda

Nil Victoria (exutoire du lac Victoria)

Production d'énergie hydroélectrique

1954

Haut barrage d'Assouan

Égypte

Nil principal

Contrôle des crues annuelles du Nil; stockage de l'eau

1972*

Kashem el-Girba

Soudan

Fleuve Atbara

Alimentation en eau du réseau d'irrigation de New Halfa

1964

Roseires

Soudan

Nil Bleu

Alimentation en eau des réseaux d'irrigation de Gezira/Managil et de Rahad; production d'énergie hydroélectrique

1966

* Barrage terminé en 1968; installation des turbines en 1972.
Source : Nicol.

Cliquez ici pour voir une carte montrant les Emplacements des principaux barrages du bassin du Nil.

Le fonctionnement des barrages a pour résultat de supprimer les pointes de crues pendant la saison des pluies et de régulariser le débit pendant la saison sèche. Cela entraîne la création de conditions lacustres dans le lit des cours d'eau en aval des principaux barrages et en amont des réservoirs. La suppression des inondations signifie également que la plaine inondable n'est plus inondée ou qu'elle est inondée à un moindre degré. L'absence d'inondation modifie le type de végétation dans la plaine inondable, ce qui provoque le remplacement d'espèces dépendantes des inondations ou tolérant les inondations par des végétaux préférant des conditions plus sèches. Cela entraîne également la disparition de plusieurs espèces fauniques saisonnières.

La construction du haut barrage d'Assouan a permis de contrôler le débit du Nil et d'éliminer les crues annuelles du Nil en aval du barrage. Il a également engendré la construction du lac Nasser/Nubie, un vaste réservoir s'étendant sur près de 480 km d'Assouan jusqu'au Soudan.47 Avant la construction de ce barrage, le limon transporté depuis les hauts plateaux d'Éthiopie régénérait le sol du delta du Nil pendant la période d'inondation. Toutefois, la retenue des crues du Nil et de ces charges de limon a entraîné le déclin de la fertilité et de la productivité des terres agricoles d'Égypte.

Dans certaines parties du monde, le contrôle quasi total du débit pendant la saison des pluies a permis l'occupation permanente de la plaine inondable. Toutefois, lorsque surviennent des années extrêmement pluvieuses, de grandes quantités d'eau sont libérées dans les évacuateurs de crues et viennent inonder de nouveau les plaines inondables, entraînant alors de catastrophiques pertes de vie. L'augmentation du niveau des cours d'eau pendant la saison sèche peut paraître bénéfique de prime abord, toutefois la plupart des organismes aquatiques sont bien adaptés et même dépendent de la hausse et du débit saisonnier des eaux. Le régime hydrologique plus stable qui se produit en aval des barrages entraîne des changements importants des types et des espèces d'organismes vivant dans ce milieu. On observe une tendance à l'introduction de nouvelles espèces, peut-être mieux adaptées à des conditions stables, qui colonisent les eaux en aval des barrages.
 

page 3 / 4

 

 

Barrage de Sennar, au Soudan.

L'intervention humaine peut modifier de manière notable le régime hydrologique d'un cours d'eau.